Daniel Röder, fondateur de Pulse of Europe : “Nous prenons au sérieux les craintes des Européens”

25 mars 2017 – VoxEurop

Daniel Röder est le fondateur de Pulse of Europe, le mouvement citoyen qui réunit chaque dimanche dans un nombre croissant de villes les personnes qui veulent montrer leur attachement à l'Europe et leur refus des populismes.

Avocat basé à Francfort, Daniel Röder definit le mouvement Pulse of Europe comme une "initiative citoyenne et non partisane". Chaque dimanche, depuis fin 2016, il réunit des milliers de sympathisants pro-européens dans une quarantaine de villes européennes.

VoxEurop – Quand et comment vous est venue l’idée du Pulse of Europe (PoE) ?

Daniel Röder – Après le Brexit et l’élection de Donald Trump, il fallait que quelque chose se passe.

Que représente pour vous l’Union européenne ?

C’est l’alliance pacifique la plus prospère depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la seule chance d’envoyer des impulsions, depuis l’Europe, pour résoudre les problèmes globaux.

Comment votre initiative a-t-elle pris de l’ampleur et comment expliquez-vous son succès ?

Les gens souhaitent participer et peuvent le faire grâce à PoE sur place et de manière très directe. Ils comprennent que nous prenons au sérieux leurs craintes concernant le futur de l’Europe et que nous ne les prenons pas de haut.

Pourquoi les Européens devraient-ils se sentir reliés par un projet européen qui est associé au néo-libéralisme et à la crise de la zone euro ?

Car il n’existe en fin de compte aucune alternative à une alliance européenne et qu’on ne pourra réformer que ce qui continuera d’exister ! On associe beaucoup de choses négatives à l’Union européenne parce que c’est facile de mettre les problèmes à son compte. Cela doit changer, il faut revoir complètement la manière dont on parle de l’UE.

Le projet européen est aujourd’hui souvent critiqué par des partis qui, dans de nombreux pays, sont devenus les représentants de la classe populaire. Votre projet ne représente-t-il pas lui-même l’élite contre laquelle ces partis se révoltent ?

Pulse of Europe est ouvert à tous ceux qui croient en l’idée européenne, indépendamment de l’appartenance à un parti politique, à une confession religieuse ou à une classe sociale. Vu les défis qui nous attendent à l’avenir, une manière de voir “le haut contre le bas” ou l’inverse ne fait vraiment pas avancer les choses. Peu importe d’où viennent les initiatives, pourvu qu’elles arrivent. Par ailleurs, l’AfD (Alternative für Deutschland, droite populiste et europhobe) est aussi un “projet des élites”, pourtant il n’y a pas que les prétendus “délaissés du système” qui s’y sont joints, loin de là. On simplifie beaucoup de choses dans le débat et on les tourne comme on aimerait les entendre.

Comment affronter le discours anti-européen de ces partis et de ces groupes ?

Avec beaucoup d’énergie positive et un engagement inébranlable pour nos valeurs communes.

Avez-vous été contacté par des partis ou des personnalités politiques, ou avez-vous déjà pensé à organiser le PoE en structure politique ? Existe-t-il des plans de ce genre ?

Il n’existe aucun plan pour transformer Pulse of Europe en un parti politique. Nous sommes de plus en plus souvent contactés par des partis ou des personnes politiques et invités à coopérer avec eux. Pour nous il est cependant important de rester indépendants politiquement.

Comment vous représentez-vous l’avenir de PoE ?

Nous souhaitons rester proches des gens, authentiques et dignes de confiance dans ce que nous faisons. Nous ne connaissons pas encore le format sous lequel Pulse of Europe continuera après les élections présidentielles françaises. Nous écoutons cependant les attentes dont les gens nous font part et nous les mettons en œuvre avec la responsabilité qu’ils nous confient.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la