UE–Royaume-Uni : Comment ne pas négocier le Brexit

2 mai 2017 – The New European (Norwich)

Le processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a formellement commencé, et le gouvernement de Theresa May pourrait tirer profit de quelques conseils sur la manière de s'y prendre dans la négociation avec ses partenaires européens, estime le directeur du magazine The Globalist.

1: Ne soyez pas si éhontément convenus

Les partisans du Brexit vivent dans leur propre monde . Ils donnent l’impression d’être dans une compétition permanente pour savoir qui lancera la dernière et plus évidente tentative d’escroquerie aux dépens des autres pays. Ils ne comprennent pas comment, avec leur audace mal placée, ils sont devenus la risée du monde entier.

2: Ne partez pas du principe que les pays d’Europe centrale et orientale peuvent être simplement achetés

Vraiment ? Vous pensez vraiment qu’en balançant quelques millions d’euros du bilan du Royaume-Uni pour la défense, vous obtiendrez les voix nécessaires pour un accord favorable sur le Brexit ? Même Jarosław Kaczynski vaut plus que ça et a des principes (enfin, on espère).

3: Arrêtez de parler de situations “gagnant-gagnant”.

Les pays les plus grands – des Etats-Unis à l’Inde – feraient la queue pour conclure des accords mirifiques avec le Royaume-Uni ? Vous pouvez toujours rêver. Un conseil : à chaque fois qu’un partisan du Brexit parle de situation “gagnant-gagnant”, il avoue qu’il manque profondément à la fois de stratégie et de réalisme.

4: Ne menacez pas les autres pays de vous immoler

Réduire les impôts sur les sociétés au Royaume-Uni ? Faire de Londres un nouveau Singapour ? Bonne chance pour ça aussi ! Qui va s’émouvoir de ce geste désespéré, qui porte toutes les stigmates d’une tentative de la dernière chance ? Cela n’aidera sûrement pas les sociétés européennes au Royaume-Uni ni n’offrira aux sociétés non-UE un accès garanti au marché européen.

5: Etre trop sûr de soi est un signe de désespoir

Un autre aspect incroyable au sujet des partisans du Brexit, c’est qu’ils sont fermement convaincus qu’ils ont toutes les cartes en main. Ou que le monde entier doit leur reconnaître tous les droits, une fois encore. En fait, ils ont en main autant de cartes qu’Arsenal dans un tournoi international.

6: Arrêtez de vous plaindre

Les partisans du Brexit sont vraiment schizophrènes : Ils clament à hue et à dia qu’à présent qu’ils ont récupéré leur souveraineté pleine et entière, ils sont les plus forts. L’instant suivant, dès que leurs rêveries sont mises à l’épreuve, ils se plaignent sans fin du fait que les autres pays ne songent qu’à victimiser ou “punir” le Royaume-Uni.

7: Comprendre la différence entre punition et auto-punition

Personne n’oblige le Royaume-Uni de faire ce qu’il est en train de tenter. Mais les conséquences sont prévisibles et la chasse aux responsables aura lieu surtout au Royaume-Uni.

8: On ne vit pas de souveraineté

Le refrain insistant sur la “souveraineté” est le fin roseau sur lequel s’appuie tout l’édifice du Brexit. Les Anglais vont être très déçus : la souveraineté ne leur apportera rien dans le monde réel. Pour paraphraser Bertold Brecht , “on ne vit pas de souveraineté.”

9: Prenez garde aux démons que vous avez réveillé

Une fois que les cols-bleus auront découvert que tout le spectacle du Brexit n’est pas grand-chose de plus qu’une mission à plein temps pour juristes et comptables londoniens, ils vont être vraiment révoltés . On ne peut qu’imaginer vers où ils vont diriger leur frustration. Regardez la fin de la République de Weimar, et les événements qui ont suivi 1933 pour avoir une idée de la méchanceté qui pointe déjà son nez.

10: Réveillez-vous

Ce qui frappe le plus chez les promoteurs du Brexit, c’est que, dans leur poursuite incessante d’un accord “grandiose”, ils sont déterminés à ne pas prendre la réalité en compte. C’est un peu comme les communistes russes en 1917. Ils ont fini, quasiment par hasard, par faire une révolution – et ne savaient pas comment faire pour faire rentrer le pays dans leurs cases idéologiques. Voir le “Socialisme dans un seul pays” de Staline.

11: Ne renoncez pas à un bon accord

Le spectacle le plus incroyable pour les partisans du Brexit, c’est que, dans leur quête d’un accord grandiose, ils ignorent complètement qu’ils avaient déjà, en main, le meilleur accord qu’un pays pourra jamais avoir de l’UE. Poursuivre sur le chemin du Brexit transformera cet accord en un torchon.

12: ....comme celui qui nous imposera des sanctions à nous-mêmes

L’histoire est pleine de nations victorieuses qui ont imposé des sanctions plus ou moins cruelles à celles qu’elles ont battues, saignant l’économie de ces dernières pour au moins deux générations. On n’a toutefois pas le souvenir qu’une nation se soit imposée ce genre de sanction toute seule. Là est la principale nouveauté du concept de Brexit.

Traduction : Luca Pauti

Cet article est publié en partenariat avec The New European.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la