Journée internationale de la femme : Les femmes travaillent plus et ont moins de temps de loisir – encore et toujours

8 mars 2018 – VoxEurop

Malgré des politiques actives en faveur de la parité, dans tous les pays européens, les hommes bénéficient de davantage de temps de loisir que les femmes, alors que celles-ci consacrent plus de temps à des tâches ménagères non rétribuées.

La journée internationale des droits de la femme, le 8 mars, est l’occasion de rappeler qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir en Europe pour combler les disparités entre les sexes. Ce n’est certes pas un hasard si la différence des droits et des salaires entre les hommes et les femmes figure parmi les priorités de la Commission européenne et des gouvernements des différents Etats membres.

La question du travail reste cruciale. Dans les pays membres de l’UE, les femmes sont encore payées, en moyenne, 16,3% de moins que leurs collègues du sexe opposé. Et qu’en est-il lorsqu’elles ne sont pas payées ? En effet, la répartition des activités liées à la gestion du quotidien permet tout autant de comprendre à quel point la parité est un objectif encore lointain.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats d’une étude mettant en lumière l’emploi du temps consacré au travail non rémunéré (activités de gestion du quotidien, tâches ménagères, soins) ainsi qu’aux activités personnelles et au temps libre.

Résultat, une grosse différence entre les pays et une constante : les femmes travaillent systématiquement plus et ont moins de temps de loisir.

En Europe, c’est le Portugal qui occupe la tête du classement : 328 minutes par jour de travail non rémunéré pour les femmes, contre 96 minutes pour leurs compagnons ou maris (le temps le plus faible après les Turcs, avec 85 minutes par jour contre 309 pour leurs compagnes). Les Italiennes ne sont guère mieux loties. Chaque jour, elles consacrent 306 minutes de travail non rémunéré, contre 131 pour leurs conjoints. Suivent les Espagnoles (289), les Slovènes et Polonaises (286), les Grecques (266) et les Allemandes (242). À l’extrémité opposée de l’échelle, on trouve les Danois : 186 minutes par jour de travail non rémunéré (contre 243 pour leurs compagnes).

L’étude s’est également intéressée aux activités personnelles, comme le temps libre et le temps passé à prendre soin de soi, mais aussi le temps de sommeil et des repas. Là encore, l’écart entre les sexes demeure, même s’il est moins important.

Ce sont les Françaises qui se classent au premier rang : 761 minutes par jour, suivies des Italiennes avec 705 minutes. Un bon score qui reste néanmoins inférieur à celui de leurs compagnons : 743 minutes pour les Français et 710 pour les Italiens. Enfin, les Européennes qui prennent le plus de temps pour elles sont les Norvégiennes (366 minutes par jour), suivies des Belges (346 contre 396 pour leurs compagnons).

Translated by Régine Cavallaro

Cet article est publié en partenariat avec The European Data Journalism Network.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la