Mobilité urbaine : Les villes européennes aiment pédaler

Le Queen Louise Bridge à Copenhagen
Le Queen Louise Bridge à Copenhagen
19 avril 2018 – VoxEurop

Le vélo s'impose de plus en plus comme un moyen de transport habituel grâce à la mise en place d'infrastructures de location et à l'aménagement des voies de circulation.

Ces dernières années, le vélo s'est imposé progressivement comme un moyen de transport habituel en milieu urbain, selon les données de l'ECF (Fédération cycliste européenne). Par ailleurs, de nombreuses villes européennes mettent en place des infrastructures afin qu'un plus grand nombre de citoyens optent pour le vélo, ce qui contribue à réduire la pollution de l'environnement, un grave problème dans nombre d'entre elles.

Les villes ayant mené le plus d'efforts en ce sens sont notamment Copenhague et Amsterdam (où le vélo est le moyen de transport habituel de 35 et 32 % de la population, respectivement), ainsi que Ljubljana, la capitale slovène, qui a obtenu plusieurs récompenses pour ses initiatives en faveur de l'accès aux bicyclettes et pour les investissements réalisés à cet égard, alors que 13 % de sa population a recours au vélo en tant moyen de transport prioritaire au quotidien.

Toutefois, selon une enquête Eurobaromètre sur la qualité du transport datant de 2014, peu nombreux sont les pays où la population utilise le vélo en tant moyen de transport habituel dans une proportion élevée. Les pays à la tête de ce classement sont les Pays-Bas (où 36 % de la population utilise le vélo tous les jours) et le Danemark (22 %) :

Ces données sont également confirmées par le baromètre sur le vélo de l'ECF, qui établit un classement reposant sur les données de cinq enquêtes réalisées dans les pays de l'UE. Ces enquêtes portent sur l'utilisation du vélo (enquête Eurobaromètre mentionnée ci-dessus), la sécurité routière, le cyclotourisme, l'état du marché du cyclisme et l'importance relative des organisations qui encouragent l'utilisation du vélo.

Il ressort également de ces données que le Danemark et les Pays-Bas figurent, en 2015, parmi les premiers pays européens en matière d'utilisation du vélo. Ces deux pays sont suivis de la Suède, de la Finlande, de l'Allemagne et de la Belgique. Par rapport au classement précédent, publié en 2013, la Slovénie fait un bond en avant et occupe la septième place devant le Royaume-Uni et la France. Le Luxembourg progresse également, très probablement grâce à une politique de sécurité efficace pour les cyclistes sur les voies de circulation et à un ratio équilibré entre la population et le nombre de cyclistes. D'autres pays ont plus ou moins maintenu leurs positions relatives, comme la Hongrie, l'Autriche, la Slovaquie et la République tchèque. Et, comme en 2013, les pays du sud et de l'est de l'Europe possèdent encore une bonne marge de progression. Mentionnons enfin le comportement décevant de l'Irlande cette année, en dépit du développement des infrastructures à Dublin.

Ce classement contraste avec les infrastructures de location de bicyclettes en tant que moyen de transport urbain habituel, qui sont mises en place par les communes européennes et gérées par des entreprises à participation publique ou privée. Fin 2016, 524 programmes d'utilisation publique de vélos étaient mises en place dans les villes européennes. Selon les données publiées par The bike-sharing World Map, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne sont les pays européens qui figurent en tête du classement. Mais alors que l'Allemagne occupe les premiers rangs du classement établi par le baromètre de l'ECF, l'Italie et l'Espagne restent en retard dans ce dernier, malgré le fait que ces deux pays aient mis en place un très grand nombre d'infrastructures de location de vélos dans leurs villes.

Par ailleurs, l'indice Copenhagenizeclasse les villes du monde en fonction des meilleures politiques de transport à vélo et du développement de leurs infrastructures à cet égard. Cet indice s'appuie sur 14 paramètres analysés pour chacune des villes : l'existence d'une culture du vélo, les mesures en faveur de son utilisation, les infrastructures, la possibilité de partage de vélos, le sexe, l'utilisation du vélo en tant que moyen de transport urbain par rapport aux autres moyens de transport et son évolution depuis 2006, le sentiment de sécurité, les politiques publiques, l'acceptation sociale, la planification urbaine, l'existence d'une zone de circulation lente, l'utilisation du vélo en tant que moyen de transport et la logistique et, enfin, le rôle des ONG et de la société civile dans ce domaine.

Selon l'indice publié en 2017, Copenhague occupe la première place du classement, tandis que 17 autres villes européennes occupent les 19 places restantes de ce classement. Après Copenhague, figurent Utrecht et Amsterdam (Pays-Bas), Strasbourg (France), puis Malmö (Suède).

Translated by Pascal Roy

Cet article est publié en partenariat avec The European Data Journalism Network.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la