Politique Justice

Contrebande : L'UE met le paquet contre le trafic de cigarettes

19 janvier 2010
Rzeczpospolita Varsovie

Des cigarettes de contrabande broyées par les douanes françaises à Brest, juillet 2009 (AFP)

Des cigarettes de contrabande broyées par les douanes françaises à Brest, juillet 2009 (AFP)

Une cigarette sur dix vendues dans l’Union provient de la contrebande. Pour combattre un trafic en pleine expansion depuis l’Est et l’Asie, Bruxelles a décidé de renforcer ses frontières extérieures. La Pologne se retrouve en première ligne.

Bruxelles se mobilise pour faire la guerre aux trafiquants de cigarettes. Le barrage sur la route du trafic de tabac doit être dressé à la frontière polonaise. Car c’est en Pologne que le record a été battu l’an dernier : les douanes, les agents des services frontaliers et la police ont intercepté plus de 750 millions de cigarettes, près de 100 millions de plus que l’année précédente. On ne parvient pourtant à saisir qu’une partie de la marchandise qui circule à travers la Pologne. Notre pays est devenu la plaque tournante de la contrebande de cigarettes en provenance de l’Est vers les pays de l’Union européenne. Le jeu en vaut la chandelle, car un transfert réussi d’un conteneur de 100 000 paquets de cigarettes de la Pologne vers le Royaume-Uni peut rapporter environ 2 millions de zlotys [500 000 euros]. Des sommes importantes sont donc en jeu.

Le tabac est le produit numéro un du trafic en Europe. Les gangs internationaux l’estiment plus rentable que la drogue. Les bénéfices de ces deux commerces sont comparables, mais les sanctions pour trafic de tabac restent moindres, avec, en prime, un consentement de la société dans de nombreux pays, souligne Piotr Dziedzic, chef du Département de la lutte contre le crime au sein du ministère des Finances polonais. Si un paquet de cigarettes coûte moins de 50 centimes d’euro sur un marché ukrainien, son passage derrière la frontière polonaise multiplie sa valeur par quatre. Une fois en Allemagne, il coûtera autour de 5 euros aux fumeurs. Passé en contrebande vers la Grande-Bretagne ou la Norvège, il atteindra un prix de 8 à 9 euros.

Des milliers de personnes sont au service des entreprises mafieuses : des propriétaires d’entrepôts, des conducteurs, des cheminots et des fonctionnaires corrompus qui, contre de l’argent, ferment les yeux sur la marchandise illégale. Actuellement, 10 % des cigarettes vendues dans l’UE proviennent de la contrebande. Ce qui représente une perte annuelle d’environ 7 milliards d’euros de recettes fiscales. La contrebande ne peut être stoppée qu’aux frontières de l’Union. C’est la raison pour laquelle les investissements destinés à sceller sa frontière orientale ont démarré en Pologne. A partir de 2010, le gouvernement polonais dépensera 133 millions de zlotys [plus de 33 millions d’euros] pour des véhicules, de l’équipement spécialisé, y compris des endoscopes et des détecteurs, ainsi que pour un centre de contrôle efficace et des communications électroniques.

Des centres de contrôle contre le trafic transfrontalier

Le premier des deux puissants scanners à rayons X, valant des millions de zlotys, sera installé au poste frontière ferroviaire de Medyka [dans le sud-est du pays, près de l’Ukraine]. Il devrait détecter la marchandise dissimulée dans les trains et les conteneurs entrant sur notre territoire en provenance des pays à haut risque de trafic, comme la Chine et d’autres pays d’Asie. Un scanner fixe sera par ailleurs placé sur le nouveau passage routier de Grzechotki, à la frontière avec l’enclave de Kaliningrad. Dans les environs de Budzisko, sur le territoire frontalier entre la Pologne et la Lituanie, les douaniers vont déployer des appareils mobiles à rayons X et des détecteurs. Dans l’est du pays a déjà commencé la construction d’un ensemble de centres de contrôle au cas où le trafic transfrontalier augmenterait. Le nouveau centre des douanes de Biała Podlaska coûtera 37 millions de zlotys [9,2 millions d’euros]. Des centres similaires seront créés à Przemyśl, Tomaszów Lubelski et Zamośc. La création d’emplois supplémentaires et l’augmentation du nombre de chiens spécialement formés sont à l’ordre du jour.

Au sein de l’UE, seuls les Britanniques sont plus efficaces que les Polonais dans la lutte contre la contrebande de tabac, assure Piotr Dziedzic. Les efforts visant à sceller la frontière orientale polonaise ont déjà entraîné un déplacement des itinéraires de la contrebande vers le sud, en Hongrie et dans les Balkans. Les spectaculaires disparités entre les niveaux de taxation du tabac en Europe constituent la véritable force motrice de la contrebande. La Pologne a certes atteint le taux minimal européen de 64 euros pour 1 000 cigarettes, mais ce même impôt est très supérieur sur l’autre rive de l’Oder [la frontière avec l’Allemagne], pour atteindre 249 euros pour 1 000 cigarettes en Irlande, ou 229 euros en Angleterre.  

Factual or translation error? Tell us.