Hydrocarbures : La mer Noire se prend pour le golfe Persique

Un chevalet de pompage en Roumanie (photo: Tudor  Prisăcariu)
Un chevalet de pompage en Roumanie (photo: Tudor Prisăcariu)
23 février 2010 – Adevărul (Bucarest)

Depuis que la Cour internationale de justice a confirmé sa souveraineté sur une partie de la mer Noire, la Roumanie se rêve en eldorado des grandes compagnies pétrolières et gazières. Les négociations ont déjà commencé.

Les plus grandes compagnies pétrolières du monde veulent participer à l'appel d'offres roumain pour l'exploration et l'extraction d'hydrocarbures des périmètres marins de la mer Noire. Obtenus par la Roumanie en 2009 à la suite du litige l'opposant à l'Ukraine devant la Cour internationale de Justiceà propos de la ligne de démarcation du plateau continental de la mer Noire, les quelque 9 700 km carrés seraient susceptibles, selon les spécialistes, de fournir environ 100 milliards de mètres cubes de gaz naturel et 10 millions de tonnes de pétrole.

L'appel d'offres organisé ce printemps par l'Agence nationale pour les ressources minérales(ANMR) pour la concession de l'exploration et du développement de 30 périmètres disponibles en Roumanie sera le plus important de ces 15 dernières années. Car parmi les périmètres soumis à l'appel d'offres, cinq se situent près de l'Ile des Serpents. Or les réserves potentielles de pétrole et de gaz de cette zone ont suscité l'intérêt des plus grandes compagnies pétrolières du monde.

Selon les informations fournies par l'ANRM, 20 entreprises et consortiums ont jusqu'ici acheté des dossiers de prospection des zones concernées. Parmi elles, ExxonMobil (Etats-Unis), Total (France), Hunt Oil (Etats-Unis), Lukoil (Russie), OMV Petrom (Roumanie), Romgaz (Roumanie), Audax Resources (Australie), Blackstairs Energy (Irlande), MOL et Expert Petroleum (Hongrie-Roumanie)...

Des accords qui pourraient entrer en vigueur en 2011

Le gagnant pour chaque périmètre devrait être connu en juillet. Les critères les plus importants seront le volume des investissements ainsi que la capacité technique et l'impact environnemental. Les accords pétroliers pourraient entrer en vigueur à partir de février 2011, après leur adoption par le gouvernement de Bucarest.

Richard Morningstar, envoyé spécial américain sur les questions énergétiques en Eurasie, soulignait, en septembre 2009 à Bucarest, lors du Black Sea Energy and Economic Forum, que la Mer Noire pouvait cacher des réserves importantes d'hydrocarbures. Présent dans la salle, le vice-président de l'américain Hunt Oil, Tom Cwikla, déclarait que l'Europe devait développer ses propres ressources énergétiques. La société qu'il dirige se trouve désormais sur la liste de l'ANRM. "La Mer Noire dispose de réserves considérables, qui représenteront la principale source de l'Europe", a estimé Mehmet Uysal, président de TPAO (la compagnie pétrolière nationale de la Turquie), à la même occasion.

L'exploration du plateau continental roumain a commencé en 1969. La première découverte de pétrole est survenue en 1980 et la production a commencé en 1987. Actuellement, Petrom Roumanie exploite deux zones maritimes qui lui assurent 18% du pétrole et du gaz de sa production. En même temps, Midia Resources (Roumanie) explore deux zones en mer Noire, projetant la première production en 2011-2012.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la