La presse en Europe (3/5) : Les journaux ne mourront pas dans la Silicon Valley

26 décembre 2012
Frankfurter Allgemeine Zeitung Francfort

L’ère Internet a multiplié les promesses : nous allions tous être auteur, journaliste ou éditeur, et nous allions tous gagner de l’argent. Seulement voilà, la démocratisation de l’information n’a jamais eu lieu, constate le rédacteur en chef de la FAZ. Extraits.

Que n’avons-nous pas profité de cette aurore pleine de promesses ! Chacun avait sur son bureau ou dans sa poche des appareils qui lui offraient plus de moyens de communication que n’en possédait le président des Etats-Unis voilà encore 20 ans ; moyennant quelques euros, vous vous transformiez en studio de télévision ou en éditeur : tout était possible, s’enflammaient-ils tous, mais nous avons raté le coche. Un désastre, avouons-le, ou le message d’un rêve qui, maintenant que nous sommes réveillés, devrait nous faire réfléchir.

La crise de la presse n’est pas en cause ici. Quand on voit la grosse machine médiatique réagir comme par réflexe pavlovien et gloser – pas toujours à mauvais escient, mais toujours en adoptant la posture du donneur de leçons – sur les "occasions manquées" [du secteur] après les annonces de l’insolvabilité de la Frankfurter Rundschau et de la fermeture du Financial Times Deutschland, c’est que le moment est venu de voir qui est dans le bateau.

Cet article a été retiré à la demande du propriétaire du copyright.

Advertising removed on request by advertiser or article copyright holder

Traduction : Jean-Baptiste Bor

Les autres articles de la série :

El País, victime de sa folie des grandeurs

L'appel envoûtant des sirènes du pouvoir

La culture devient un luxe

Enrôlé dans la bulle bruxelloise

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la