Politique énergétique : Le chacun pour soi européen

6 novembre 2013
Frankfurter Allgemeine Zeitung Francfort

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, France.
Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, France.

L’Allemagne mise sur les énergies vertes, la Pologne investit dans l’extraction du gaz de schiste et le Royaume-Uni annonce la construction de nouvelles centrales nucléaires : en matière d’énergie, le courant passe mal entre les Européens. Ils auraient pourtant intérêt à adopter une stratégie commune.

Pendant que les uns se récriaient et que les autres se félicitaient, la Commission européenne réagissait d’une simple phrase au projet du Royaume-Uni de construire de nouvelles centrales nucléaires : le bouquet énergétique relève en effet de la seule compétence des Etats membres. C’est inscrit dans les traités européens. Les Etats sont libres de tirer leur électricité de la fission nucléaire, du gaz et du charbon ou des éoliennes et des panneaux solaires. En sa qualité de gardienne des traités, la Commission n’a pas voix au chapitre sur le sujet. De toute façon, la nouvelle n’a étonné personne à Bruxelles. Après tout, les Britanniques laissaient entendre depuis longtemps qu’ils comptaient eux aussi revenir vers le nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique. Le débat est clos.

Cet article a été retiré à la demande du propriétaire du copyright.

Traduction : Jean-Baptiste Bor

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la