Finlande : Que peuvent vraiment les Vrais Finlandais ?

18 avril 2011
Aamulehti Tampere

Une militante des Vrais Finlandais fête le score de son parti, le 17 avril à Helsinki
Une militante des Vrais Finlandais fête le score de son parti, le 17 avril à Helsinki

Les 19% obtenus par le parti populiste de Timo Soini, le 17 avril, sont un séisme politique national et un souci pour les Européens. Mais il va devoir négocier pour imposer ses idées, et rester uni. Ce qui ne va pas de soi, observe le quotidien Aamulehti.

Le paysage politique finlandais a complètement changé en un instant quand le parti de Timo Soini, les Vrais Finlandais, sont sortis grands vainqueurs des élections, obtenant 19% des voix contre à peine 4% en 2007. La Coalition nationale, qui obtient 20,4% des voix, est le plus grand parti depuis des années, mais que peut fait son président et actuel ministre des Finances, Jyrki Katainen?
 
Si l'on regarde seulement le résultat du scrutin, la Finlande devrait avoir avant mi-juin un gouvernement avec Katainen, Soini et Jutta Urpilainen, la présidente du Parti social-démocrate, qui rassemble 19,1% des suffrages. Mais Katainen, qui dirige les négociations, se trouve devant une affaire difficile. Les différences de pourcentages entre les partis sont minimales, et le grand champion Soini va rester ferme sur ses objectifs. Beaucoup de négociations serrées vont se dérouler avant que Katainen, Urpilainen et Soini ne puissent signer le programme du futur gouvernement. Le paquet de sauvetage du Portugal est au centre de la bataille. Les opinions du SDP et des Vrais Finlandais sont connues: les deux partis s'opposent à une aide financière européenne, mais que va faire la Coalition nationale?

La défaite du centre est aussi un évènement historique

Si Bruxelles ne bouge pas et que Katainen ne change pas d’avis, Soini et Urpilainen vont-ils former le gouvernement à deux ? La situation est compliquée, car Soini doit faire partie du jeu, et le parti du Centre doit aller dans l’opposition. La défaite du Centre – le parti du Premier ministre sortant n'obtient que 15,8% – est un évènement historiquement aussi important que la victoire des Vrais Finlandais.
 
L’analyse du résultat de l’élection va prendre encore du temps. Il est trop tôt pour dire si la politique en Finlande va vraiment changer, ou si la route de Soini sera identique à celle de son prédécesseur Veikko Vennamo. Car quand Vennamo était le président du parti, il avait obtenu un bon score aux élections, mais le parti s'est très vite usé. Après leur victoire, les Vrais Finlandais ont des espoirs énormes. Si le parti ne reste pas uni, la mission de Soini sera très difficile. La coopération entre partis peut réussir si les nouveaux députés des Vrais Finlandais restent disciplinés et ont un sens de la realpolitik. Le résultat du scrutin indique un désir de changement. Le risque est que si Soini n’arrive pas à tenir son parti et que si la coopération ne réussit pas, cela sera aussi mépriser le désir du peuple. La victoire est énorme, mais avec la bataille post-électorale, elle va perdre ses fruits.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la