Sans Presseurop ?

2 décembre 2013
Presseurop

Le 20 décembre, Presseurop devrait s’arrêter. Notre contrat avec la Commission européenne, qui finance notre site, s’arrête à ce moment là et la Direction générale de la Communication, qui dépend de la vice-présidente Viviane Reding, nous a fait savoir qu’elle ne compte pas poursuivre le projet. Elle invoque des raisons budgétaires.

Le Parlement européen a pourtant voté une augmentation du budget de l’UE pour 2014 afin d’attribuer à la Commission des ressources financières supplémentaires pour les projets médias, dont Presseurop fait partie. La Commission semble préférer les consacrer à d’autres initiatives. Privés de ce financement, nous serons contraints de cesser notre travail.

Depuis son lancement en 2009, à l’initiative de la Commission, Presseurop s’est imposé comme l’un des tous premiers sites d’information indépendants sur l’Union européenne. Chaque jour, ses lecteurs peuvent lire le meilleur de la presse européenne et internationale, traduit en dix langues, partager et commenter ses contenus. Une communauté s’est ainsi créée, véritable embryon de citoyenneté européenne, qui a fait vivre le débat d’opinion autour de l’Europe grâce à sa plateforme de discussion multilingue unique. Pour les titres de presse et les journalistes, les intellectuels et les spécialistes — plus de 1 700 à ce jour — dont nous avons publié les articles, Presseurop a représenté un moyen d’élargir leur audience au-delà de leurs frontières linguistiques.

Nous regrettons que la Commission européenne, à quelques mois des prochaines élections européennes, qui s’annoncent cruciales pour l’avenir de l’UE, souhaite clore cette expérience, même si elle est très appréciée à la fois des lecteurs, des spécialistes des affaires européennes et des journalistes. Elle avait pourtant été encouragée à la poursuivre par une évalution indépendante. Elle a préféré suivre une autre voie, quitte à priver les citoyens européens d’un précieux outil de participation à la vie démocratique de l’Union.

Cet espace commun ne doit pas disparaître. Vous, sans lesquels nous n’aurions pas pu accomplir ce travail, pouvez nous soutenir en relayant cet appel, afin que la Commission européenne continue de soutenir Presseurop en 2014.

Si vous voulez que Presseurop continue, faites-le savoir : signez la pétition en ligne.

Suivez le mot-dièse #SavePE sur Twitter.