Les titres du jour

7 décembre 2012
Presseurop
Jurnalul Naţional, Financial Times Deutschland, Corriere della Sera & 4 autres

Plus de 18 millions d’électeurs sont appelés à choisir leurs députés et sénateurs, ce 9 décembre, lors d’un scrutin dont les principaux protagonistes sont l’Union sociale-libérale (USL), la coalition actuellement au pouvoir, et l’Alliance Roumanie Droite (ARD), qui soutient le président Traian Băsescu. L’USL est donnée gagnante par les derniers sondages.

Jurnalul Naţional, Bucarest

Votare humanum est !

Ce 7 décembre est le jour de la dernière édition du Financial Times Deutschland. Le quotidien titre “enfin noir”, c’est à dire enfin sorti du rouge, la situation de pertes dans laquelle il a constamment vécu depuis sa création en 2000. Sur son site, la rédaction fait le bilan de son travail et conclut sur des “excuses” ironiques à ses actionnaires “pour avoir brûlé autant de millions”, aux annonceurs pour avoir publié des articles critiques sur leurs entreprises, ou aux politiques pour les avoir “si peu crus”. “Mais si c’était à refaire, nous ferions exactement pareil.”

Financial Times Deutschland, Hambourg

Enfin noir

Le parti de l'ancien président du Conseil (le Peuple de la liberté, PDL) a privé le gouvernement de Mario Monti de son soutien lors d'un vote de confiance à l’Assemblée nationale. Un acte qui ouvre la voie à la démission de ce dernier, ainsi qu'à des élections anticipées en février prochain, au lieu de mars ou avril. Cet événement fait suite à l'annonce par le président du Pdl, Silvio Berlusconi, de son intention de briguer à nouveau la tête du gouvernement — annulant ainsi les primaires prévues au Pdl. Sa stratégie contre Monti, l’austérité et l’Europe suscite des inquiétudes sur la stabilité financière de l’Italie.

Corriere della Sera, Milan

Berlusconi rompt, le gouvernement dans l’incertitude

L’accord conclu entre le gouvernement français et Arcelor Mittal pour sauver le site sidérurgique de Florange (Est) et ses 630 emplois a perdu de sa substance après l’abandon, le 6 décembre, de la candidature du groupe indien au projet européen Ulcos de stockage de CO2 sur le site. Les salariés, qui estiment avoir été trompés par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ont annoncé leur intention d’occuper les hauts fourneaux.

Aujourd'hui en France - Le Parisien, Paris

Florange : autopsie d’un désastre

A l'occasion de la fête nationale de la Constitution, le 6 décembre, Mariano Rajoy a défendu la “pleine vigueur” de la loi fondamentale. Cette dernière ne sera pas réformée pour modifier l’organisation territoriale du pays, en l’absence de trois conditions posées par le Premier ministre : objectif précis, consensus, et opportunité. Les représentants des partis nationalistes catalan et basque n'ont pas assisté aux cérémonies à Madrid.

La Vanguardia, Barcelone

Rajoy ferme la porte d’une réforme immédiate de la Constitution

Le président János Áder a refusé de signer la loi électorale votée la semaine dernière par le Parlement et l'a renvoyée devant la Cour constitutionnelle. Le texte controversé impose l’inscription sur les listes électorales et limite la durée de la campagne des législatives de 2014. La Cour constitutionnelle a 30 jours pour formuler sa réponse.

Népszava, Budapest

Le veto constitutionnel était dans la hotte d'Áder

Le ministre de la Justice Kristen Michal a démissionné, suite à des soupçons de financement illégal du Parti de la réforme, celui du Premier ministre Andrus Ansip. Michal réfute les accusations. L’affaire avait été classée en octobre dernier faute de preuves suffisantes, mais elle met à mal la popularité du gouvernement.

Logo – Eesti Päevaleht, Tallinn

Michal fait le bon geste, trop tard malheureusement