Après-Lisbonne : Non aux europygmés, oui à Tony Blair

9 octobre 2009
Presseurop
The Economist

, 1 janvier 1970

"Incompréhensible", "raisonnablement inutile", "délibérément obscure", les commentaires de The Economist sur le traité de Lisbonne sont rarement été élogieux. La Une de cette semaine marque néanmoins une nouvelle approche du texte approuvé par les Irlandais le 2 octobre. Tout le traité de n'est pas à jeter à la poubelle, souligne l'hebdomadaire. Dressant la liste des missions les urgentes de l'UE, The Economist met en avant le besoin de réformes libérales et d'une diminution du rôle de l'Etat pour faire face à la Chine et à l'Amérique et préserver son marché intérieur, "l'une des plus grandes réussites de l'Europe".

Toutefois, le projet européen "a passé trop de temps ces cinquante dernières années orienté vers l'intérieur". L'après-Lisbonne devrait être l'occasion pour l'UE de s'en tenir "à l'élément de sa politique étrangère qui a eu le plus de succès : son élargissement" et faire le choix "d'une personne d'envergure" pour les postes de président de l'UE et de Haut représentant pour les Affaires étrangères. L'Union européenne a besoin d'un président déterminé et non des "habituels europygmés". Ne pas choisir un homme de la trempe de Tony Blair donnerait le signal que "[l'UE] est retournée se coucher", assure l'hebdomadaire londonien.