Union européenne : Dix pays pour des Etats-Unis d’Europe

20 juin 2012
Presseurop
Die Presse

Die Presse, 20 juin 2012

Ils sont dix et se sont baptisés “groupe du futur”*. Ministres des Affaires étrangères, ils veulent  faire entendre leur voix pour transformer l’UE en une fédération sur le modèle des Etats-Unis d’Amérique. Ensemble, il préparent ce que Die Presse annonce en Une comme le “Plan de transformation pour un Etat européen”. Le 19 juin, ces dix ministres ont présenté un premier rapport à ceux qui profiteraient le plus de sa réalisation : José Manuel Barroso, Herman Van Rompuy, Mario Draghi et Jean-Claude Juncker, respectivement présidents de la Commission européenne, du Conseil européen, de la BCE et de l’Eurogroupe.

Car le “groupe du futur” initié par l’Allemand Guido Westerwelle, et dans lequel la France n’est pas représentée, propose de déchoir de leur pouvoir les chefs d’Etat et de gouvernement et de valoriser le président de la Commission. Ce dernier serait élu directement au suffrage universel et aurait le droit de constituer une “équipe gouvernementale”, ce qui ferait de lui l’homme politique le plus puissant d’Europe.

Le groupe veut également remplacer les Conseils des ministres et des dirigeants européens en créant une seconde chambre, “des Etats”, au Parlement européen. Des compétences nationales seraient cédées à cette fédération telles que la gestion des frontières, la défense ou le budget, pour notamment “rendre l’euro irréversible”.

Pour Die Presse, il n’est pas surprenant que ce soient les diplomates des pays qui ont perdu toute influence depuis le traité de Nice signé en 2000, et surtout depuis l’éclatement de la crise, qui veulent reprendre leurs droits aujourd’hui. Mais le quotidien conclut que

Un système démocratique bien net ressemblant à une structure étatique, ira probablement à l’encontre de l’humeur de nombreuses couches de la population. Mais qui veut résister à l’effondrement de la monnaie, du marché intérieur, de la stabilité politique, et au développement de nouveaux fossés de richesse entre le nord et le sud ainsi qu’au renforcement des tendances nationalistes finira par le préférer.

* Les ministres des Affaires étrangères allemand, autrichien, belge, danois, italien, luxembourgeois, néerlandais, polonais, portugais et espagnol