République tchèque : Prague réintroduit la prohibition suite à la vague d’alcool frelaté

17 septembre 2012 – Presseurop Mladá Fronta DNES, Lidové noviny , SME

Cover

La prohibition pourrait durer quelques mois”, annonce en Une Mladá fronta DNES, après que l'interdiction de la vente des boissons contenant plus de 20 % d'alcool a été décrétée, vendredi 14 septembre, par le ministère tchèque de la Santé. Les eaux-de-vie et autres spiritueux en bouteille ont disparu des magasins, restaurants et bars, suite à une vague d'intoxication à l’alcool frelaté qui, depuis le 6 septembre, a causé la mort de 21 personnes à travers le pays. La plupart des victimes ont été recensées à la frontière avec la Pologne, en Moravie-Silésie, ainsi que dans les régions de Zlín et d’Olomouc. La police a déjà interpellé 23 producteurs et distributeurs soupçonnés d’avoir ajouté du méthanol aux boissons. L’enquête continue pour déterminer toutes les sources de provenance de l'alcool frelaté.

Selon Lidové noviny, qui publie les premiers résultats de l'enquête, “*le poison vient de Pologne. Du liquide lave-glace antigel**”* pour les voitures. La police soupçonne les producteurs d’avoir utilisé du méthanol provenant de la Pologne : “*En juillet déjà, Gazeta Wyborcza avait révéle que du méthanol, trois fois moins cher que l’éthanol utilisé jusqu’à présent, mais toxique, était employé depuis 2010 pour la fabrication de liquide lave-glace pour des raisons d’économie*”, note le quotidien de Prague. Des producteurs tchèques peu scrupuleux, et qui ignoraient visiblement ce changement, ont continué à s’approvisionner en liquide lave-glace en Pologne pour confectionner leurs boissons.

La vague d'intoxication ne connait pas de frontières et se propage dans les autres pays voisins: “L'empoisonnement touche aussi notre pays”, annonce en Une lequotidien slovaque SME, selon lequel, huit personnes intoxiquées au méthanol ont été hospitalisées dans la ville de Prešov le 16 septembre. En Pologne, on compte déjà 4 morts. Les autorités sanitaires polonaises ont annoncé l'interdiction de vente d'alcool fort en provenance de République tchèque.

Il est dans l'intérêt public que la prohibition se termine le plus tôt possible”, commente Lidové noviny, car elle représente une perte pour l’Etat estimée à 750 millions de couronnes (environ 30 millions d'euros) par mois de taxes. Selon les chiffres publiés par Hospodářské noviny, il se vend 155 000 litres de spiritueux par jour en République tchèque.

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la