Pays-Bas : Un gouvernement à peine en place et déjà affaibli

5 novembre 2012
Presseurop
De Volkskrant, Trouw

De Volkskrant, 5 novembre 2012

Avant même d’être installé, le nouveau gouvernement néerlandais qui prête serment ce 5 novembre, doit faire face à des difficultés : “Un VVD blessé se traîne vers l’escalier”, titre ainsi De Volkskrant en une, faisant référence à l’escalier de la Huis Ten Bosch, le palais royal. C’est là que l’équipe que le Premier ministre libéral Mark Rutte (VVD) forme avec les travaillistes (PvdA) de Diederik Samsom (qui ne sera pas ministre) doit être prise en photo, comme le veut la tradition.

La source des tensions entre les deux partenaires réside dans la nouvelle cotisation de l’assurance maladie, une mesure considérée trop “socialiste” par une partie du VVD et qui “menace la stabilité du gouvernement avant même qu’il n’ait prêté serment”, note le journal. Ce dernier rappelle que le projet, qui vise à rendre proportionnelle la cotisation aux revenus des assurés est, “dans sa forme actuelle, de toute manière vouée à l’échec à la chambre haute” (le Sénat), où le gouvernement n’a pas de majorité.

"L’agitation sur les cotisations n’est qu’un signe précurseur d’autres malheurs qui toucheront sans aucun doute aussi le PvdA”, prévoit De Volkskrant dans un éditorial. Il s’agit de “mesures douloureuses qui sont inévitables”. Mark Rutte et Diederik Samsom “ont agi en fonction des circonstances économiques”, obligeant les Pays-Bas à faire 15 milliards de coupes budgétaires.

Trouw semble également prendre la défense de la voie prise par la coalition au pouvoir. Le quotidien en appelle à la capacité d’adaptation de tous les Néerlandais :

La discorde et le manque de clarté concernant les cotisations a permis de gagner au moins une chose : tout le monde est désormais conscient que la santé nécessite beaucoup d’argent, et en nécessitera encore plus. [...] Les Pays-Bas closent une période où la prospérité était une évidence ; aujourd’hui, elle va moins de soi. Personne ne peut s’attendre à ce que ce soit l’Etat qui la maintienne. C’est à nous-mêmes de le faire. Il s’agit de faire preuve de créativité. [...] Le fait d’être disposé à changer et à trouver de nouvelles voies déterminera notre prospérité de demain. Le nouveau gouvernement semble s’en rendre compte et chaque Néerlandais doit s’en rendre compte.