Les titres du jour

20 juillet 2012 – Frankfurter Allgemeine Zeitung (Francfort)

Le Parlement allemand a voté les garanties allemandes de 100 milliards d’euros destinées à renflouer les banques espagnoles. Une “très grande coalition” entre majorité et opposition a voté oui. Mais cela pourrait être la dernière fois que la chancelière Merkel bénéficie du soutien des partis d’opposition pour compenser les dissidences au sein de sa majorité.

Frankfurter Allgemeine Zeitung, Francfort

Le Bundestag approuve l’aide aux banques espagnoles

Le roi Albert II et le Premier ministre Elio Di Rupo ont signé les textes de loi qui entérinent le premier volet de la réforme de l’Etat, notamment celui qui concerne la scission de l’arrondissement BHV. Cette signature symbolise la fin de la plus grave crise politique qu’ait connu le royaume, resté 541 jours sans gouvernement.

La Libre Belgique, Bruxelles

Tout va très bien, Sire…

Alors que le gouvernement s’apprête à demander à l’UE une révision de son plan de sauvetage, le quotidien craint que les députés allemands, finlandais ou néerlandais s’opposent à un nouvel accord sur la dette irlandaise. Le débat concerne les 30 milliards d’euros d’obligations provisionnés par le fonds européen de sauvetage sur les comptes de l’ancienne Anglo-Irish Bank pour remplacer les notes promissoires émises par l’Etat irlandais à des taux élevés. L’approbation d’un tel accord par les parlements nationaux est requise dans de nombreux pays.

The Irish Times, Dublin

L’inquiètude grandit sur une possible opposition à la renégociation de la dette

Arrêté le 18 juillet à Budapest, l’ancien nazi donne une interview au quotidien, dans laquelle il nie avoir participé aux déportations de plus de 15 000 Juifs à Košice (Kassa en hongrois), ville de Slovaquie à l’époque annexée par la Hongrie. Il assure n’avoir été que traducteur auprès des allemands et avoir “obéi aux ordres”, tandis que les déportations auraient été dirigées par les Allemands et non par les Hongrois.

Magyar Hírlap, Budapest

László Csatáry ne comprend pas pourquoi il est accusé d’avoir déporté les juifs de Kassa

Le 12 juillet, le Parlement de Chisinau a interdit la représentation, sur tous les supports, des symboles communistes comme la faucille et le marteau. Or ces deux derniers figurent sur la plupart des immeubles et monuments historiques, protégés par l’Etat. Faudra-t-il les démolir, s’interroge le quotidien. Cette interdiction, qui entrera en vigueur le 1er septembre, oppose partis pro-russes et partisans d’un rapprochement avec l’Europe.

Timpul, Chisinau

Interdiction des symboles communistes: pour ou contre?

Le soupçon du trucage du taux sur les prêts interbancaires touche de plus en plus d’établissements financiers comme le Crédit Agricole et la Société Générale en France, dont les traders entretenaient des relations avec ceux de la Barclays. En septembre, les banquiers centraux se réuniront puis recevront les organismes de régulation pour discuter de la réforme de la fixation du taux interbancaire.

La Tribune, Paris

Liborgate : jusqu’où ira l’onde de choc ?

Une unité spéciale de la police slovaque appelée “Cobra fiscal” a découvert un tunnel long de 700 mètres creusé sous la frontière entre la Slovaquie et l’Ukraine. Il était utilisé depuis au moins un an pour le trafic de cigarettes et peut-être, pour faire entrer clandestinement des immigrés dans l’espace Schengen.

Logo – SME, Bratislava

Ils ont trouvé un tunnel pour Schengen