Les titres du jour

20 août 2012 – Die Presse (Vienne)

Selon les révélations de Der Spiegel le 18 août, ce ne sont pas 11,5 mais 14 milliards d’euros que le gouvernement grec doit économiser d'ici 2014 pour tenir ses engagements vis-à-vis de la troïka.

Die Presse, Vienne

Nouveau trou de plusieurs milliards dans le budget d'Athènes

Le Premier ministre Antonis Samaras doit présenter ce 20 août un plan d'économies de 11,5 milliards d’euros d'ici 2014 à quelques jours de sa rencontre avec la chancelière allemande. Ce week-end par ailleurs une émeute a éclaté sur l'île d’Hydra, après que la police a voulu arrêter un restaurateur qui ne délivrait pas de reçus.

Ta Nea, Athènes

Dehors Merkel, dedans Hydra

Julian Assange, le cofondateur de WikiLeaks, a prononcé un discours d’une dizaine de minutes face à ses supporters, depuis le balcon de l’ambassade d'Equateur à Londres où il est réfugié depuis le 19 juin afin d’échapper à l’extradition vers la Suède. Il a appelé les Etats-Unis à mettre un terme à leur “guerre contre les passeurs d’information” et leur “chasse aux sorcières contre WikiLeaks”. Mais il ne s’est pas exprimé à propos des accusations d’agressions sexuelles en Suède, à l'origine du mandat d’extradition lancé à son encontre.

The Independent, Londres

La chaire d’Assange

Alors que la côte espagnole est de plus en plus surveillée, le trafic du haschich marocain trouve un nouveau portail vers l'Europe dans la région portugaise de l’Algarve.

Diário de Notícias, Lisbonne

La surveillance accrue des côtes espagnoles poussent les trafiquants de drogue vers le Portugal

La ministre de la Justice Annemie Turtelboom, s’est engagée à durcir la loi sur la libération conditionnelle après la manifestation qui a rassemblé 5 000 personnes à Bruxelles le 19 août contre la sortie de prison de Michelle Martin, l'ex-épouse et complice de Marc Dutroux, responsable du viol et du meurtre de plusieurs fillettes dans les années 1990.

La Libre Belgique, Bruxelles

Les récidivistes à l'ombre plus longtemps

A la veille de la décision de la Cour constitutionnelle sur la validité du référendum du 29 juillet sur la destitution du président Traian Băsescu, un homme d’Onești (Est) est accusé d’avoir voté 8 fois, ce qu’il nie. De nombreux autres cas de fraude ont été dénoncés.

Adevărul, Bucarest

Preuve de fraude au référendum

Cette mesure est considérée comme justifiée, compte tenu du cancer dont est atteint le détenu. Elle lui a été accordée suite à la grève de la faim menée par des prisonniers issus de l’ETA pour réclamer sa liberté conditionnelle.

En Espagne, une décision judiciaire quant aux conditions d’incarcération et de traitement des membres de l’ETA a fait controverse.

Logo – El Mundo, Madrid

Le gouvernement cède et accorde l’accès à la libération conditionnelle à Bolinaga [prisonnier membre de l’ETA]